top of page
  • Adeline Glibota

La production d'un chocolat social avec Stephanie Garcia

Aujourd’hui, je continue à vous présenter des femmes inspirantes rencontrées en Équateur. Stephanie Garcia, issue d’une famille d’entrepreneurs équatoriens, a dans un premier temps commencé sa carrière dans le domaine de l’art. Diplômée en gestion culturelle, elle a travaillé à New York pendant 15 ans dans différents musées.

Pendant la pandémie, elle a voulu renouer avec ses racines et se rapprocher de sa famille. Elle a commencé par devenir la représentant de la plantation familiale de cacao Hacienda Victoria aux États-Unis. Elle est ensuite rentrée en Équateur, pour devenir Senior Manager of Outreach & social innovation de l’exploitation. Son rôle est d’améliorer les conditions de travail, de veiller au respect de l’environnement et de développer des partenariats locaux. Dans un milieu de travail très masculin (99% des personnes qui travaillent sur la plantation sont des hommes), Stephanie a à cœur de garantir un environnement de travail safe, pour les femmes comme pour les minorités, et d’ancrer la plantation de cacao dans sa communauté.

Parmi les projets déployés, la mise en place d’une cafétéria gratuite avec un cuisinier sur place formé à la nutrition, pour améliorer la manière dont les gens se nourrissent (un vrai sujet tant il y a un écart entre les classes aisées et les plus pauvres en Équateur - un problème que l’on retrouve partout dans le monde mais qui semble criant dans un pays où la classe moyenne est quasi inexistante), un service pour apprendre aux familles à gérer leur budget, le soutien à une école Montessori, entre autres, mais aussi sur la mise en place de compost (à base de cabosses) pour enrichir les sols de manière naturelle. Dans cette plantation dédiée à l’excellence (elle produit une variété de cacao appelée « Cacao Nacional », un cacao « fino de aroma », la crème du cacao mondial et l’équivalent du café de spécialité), tout est pensé au diapason.


Ce qui n’est pas le cas dans le monde, loin s’en faut. On ne le sait pas toujours - Clémentine Alzial, ancienne DG de Valrhona France en avait parlé dans son épisode de Girls in Food - mais la production du cacao pose des questions environnementales et humaines, et implique dans certains pays le travail des enfants - pas en Equateur, ou en tout cas de manière marginale et non systémique. Je trouvais donc particulièrement intéressant de voir ce qu’une plantation qui se veut socialement responsable met en place pour aller plus loin.


Stéphanie participe également à une initiative pour fédérer les femmes du cacao, avec une réunion lors d’un congrès mondial à Seattle.


Site internet de Hacienda Victoria : http://www.hacienda-victoria.com/





Komentáře


bottom of page